Aménagement

Protocole de déconfinement pour les entreprises

La reprise de l’activité est essentielle pour éviter l’effondrement de notre économie. Mais cette reprise doit nécessairement se faire dans le respect de la protection de la santé des salariés. Pour cela, le ministère du Travail a publié un protocole national de déconfinement pour aider et accompagner les entreprises et les associations, quelles que soient leur taille, leur activité et leur situation géographique, à reprendre leur activité tout en assurant la protection de la santé de leurs salariés grâce à des règles universelles. Il s'agit de mesures que les employeurs du secteur privé doivent mettre en place. En cas de non-respect, leur responsabilité civile et pénale est engagée. 

https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/protocole-national-de-deconfineme...

 

Distanciation physique

  • Ne pas se serrer les mains ou embrasser pour se saluer, ni d’accolade ; 
  • Distance physique d’au moins 1 mètre (soit 4m2 sans contact autour de chaque personne) ;

 

Télétravail

Le télétravail doit rester la norme pour toutes les activités qui le permettent pour les prochaines semaines. Lorsque le télétravail ne peut pas être mis en œuvre, le séquencement des activités et la mise en place d'horaires décalés permettront de limiter les risques d'affluence et de concentration des personnels de manière à respecter les règles de distanciation physique. Concrètement, cela passe par un nombre maximal de personnes simultanément admises dans un espace donné et par la gestion des flux de circulation dans l'entreprise.

 

Nombre maximal de salariés présents

Sur la base de l'avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) du 24 avril 2020, l'exécutif a choisi de retenir un critère "universel" d'occupation maximale des espaces ouverts au public et en milieu de travail (notion de "jauge"). La surface à prendre compte par l'employeur est la surface résiduelle de l'espace considéré, c'est-à-dire la surface effectivement disponible, une fois les parties occupées déduites. Pour un bâtiment de bureaux, par exemple, cette surface représente environ 80% de la surface totale, compte tenu des espaces de circulation, notamment. Ainsi, un établissement disposant d'une surface résiduelle de 160 mètres carrés pourrait accueillir simultanément 160/4. C'est-à-dire 40 personnes ou salariés.

 

Gestion des flux de circulation

Conformément aux recommandations du HCSP, chaque collaborateur doit pouvoir disposer d'un espace d'au moins 4 mètres carrés, y compris pour circuler. L'employeur doit donc reconsidérer l'organisation de l'espace de travail afin d'éviter ou de limiter au maximum les croisements. Chaque personne travaillant au sein de l'organisation devra être informée des nouvelles conditions de circulation, et dans les locaux de travail, des conditions d'usage des espaces.

Quelques exemples de bonnes pratiques à mettre en œuvre en matière de séparation des flux :

  • Sens unique dans les ateliers, couloirs, escaliers (si le nombre le permet) ;
  • Si la configuration du bâtiment le permet, différenciation des portes d'entrées et de sorties afin d'éviter le croisement des personnes ;
  • Limitation du nombre de personnes dans les ascenseurs afin de respecter la distance d'au moins un mètre et afficher clairement les consignes sur les paliers ;
  • Mise en place, à l'intérieur du bâtiment, d'un sens unique de circulation avec marquage lisible au sol pour éviter les croisements, les retours en arrière…
  • Bureaux : privilégier une personne par bureau ; à défaut, pour les bureaux partagés, éviter le face à face, permettre une distance physique de plus d’un mètre, utiliser si possible des plexiglas en séparation, aération régulière (15 minutes trois fois par jour) ; Open flex (possibilité de se placer librement à un poste de travail) : attribuer un poste fixe durant la pandémie.

 

Pauses

  • Autant que faire se peut, les horaires de pause devront être échelonnés pour éviter les affluences ;
  • L'accès aux lieux communs de type machine à café sera contingenté (ruban, plots, barrières, etc.) avec des sens d'arrivée et de départ différents ;
  • Un marquage au sol pourra également symboliser la distance minimale à respecter dans la file d'attente.

 

Nettoyage des locaux

  • Aérer régulièrement (toutes les 3 heures) les pièces fermées, pendant quinze minutes ;
  • Pour nettoyer les surfaces, il conviendra d'utiliser des produits contenant un tensioactif (solubilisant les lipides, présent dans les savons, les dégraissants, les détergents et les détachants) qui a pour effet de dégrader les lipides de l'enveloppe du coronavirus et ainsi l'inactiver ;
  • Si  l'évaluation des risques le justifie, une opération de désinfection peut être effectuée en plus de ce nettoyage, au moyen d'un produit répondant à la norme virucide (NF EN 14476 juillet 2019), ou d'autres produits comme l'eau de Javel à la concentration virucide de 0,5 % de chlore actif (par exemple 1 litre de Javel à 2,6 % + 4 litres d'eau froide) ;
  • Nettoyage régulier des rampes d'escalier (2 fois / jour minimum)  ;
  • Nettoyage-désinfection plusieurs fois par jour des surfaces et objets régulièrement touchés (boutons d'ascenseur) à l'aide de lingettes ou bandeaux nettoyant contenant un tensioactif.

 

Port du masque

Le port du masque n'est obligatoire que si, malgré la mise en place de l'ensemble des mesures citées plus haut, le respect de la distanciation physique d'un mètre entre deux personnes ne peut être garanti. Lorsque les gestes barrières peuvent être respectés, le port généralisé du masque est une possibilité, et non une obligation. A noter que l'employeur peut fournir des masques FFP1 ou des masques alternatifs à usage non sanitaires, dits masques "grand public". Il est en revanche déconseillé de porter des gants : ils donnent un faux sentiment de protection. Les gants deviennent eux-mêmes des vecteurs de transmission, le risque de porter les mains au visage est le même que sans gant, le risque de contamination est donc égal voire supérieur.

 

Tests et prise de température 

Un contrôle systématique de température à l’entrée des établissements/structures est exclu mais toute personne est invitée à mesurer elle-même sa température en cas de sensation de fièvre et plus généralement d’auto-surveiller l’apparition de symptômes évocateurs de Covid-19. 

 

Et bien sûr, les mesures barrières classiques

  • Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique (SHA) ne pas se sécher les mains avec un dispositif de papier/tissu à usage non unique ; 
  • Eviter de se toucher le visage en particulier le nez et la bouche ; 
  • Utiliser un mouchoir jetable pour se moucher, tousser, éternuer ou cracher, et le jeter aussitôt ; 
  • Tousser et éternuer dans son coude ou dans un mouchoir en papier jetable ; 
  • Rester chez soi en cas de symptômes évocateurs du Covid-19 (toux, difficultés respiratoires, etc.) et contacter son médecin traitant (en cas de symptômes graves, appeler le 15).