PSA

De la fusion de Peugeot-Citroën à la naissance du nouveau bâtiment 

En 1998, le groupe PSA Peugeot-Citroën se réorganise en développant la politique des plateformes et décide d’installer ses centres de recherche et développement sur les sites existants de Peugeot et de Citroën. Le site de Vélizy-Villacoublay devient le Centre de Développement des Véhicules hors les organes moteurs.

En 2001, compte-tenu de la croissance du groupe il est décidé de s’agrandir en s’implantant sur les anciens terrains et bâtiments de Dassault Aviation situés à moins de 2km du site historique PSA de Vélizy.

Fin 2003, ce nouveau site est opérationnel avec la réhabilitation complète de 3 bâtiments ex-Dassault (qui a cesé de produire des avions militaires) et la construction de 2 nouveaux bâtiments.

Au total 25 444m2 de bureaux, 2 700 m2 ateliers , un centre de réunions et un restaurant d’entreprise sont alors ouverts.

 

Un projet ambitieux 

En septembre 2004, le comité exécutif du groupe décide de compléter ce dispositif avec la construction d’un nouveau bâtiment capable d’accueillir 2 200 personnes supplémentaires ainsi que de nouvelles fonctionnalités. Puis en 2005, le Crédit Agricole Immobilier intervient dans le cadre d’une acquisition en VEFA de l’ensemble du projet pour le compte des investisseurs. Sont également mobilisés, le bureau d’études CVZ, l’agence Majorelle et l'agence d’architecture Jean Jacques ORY pour l'architecteure et les aménagements.


Ci-dessous, le plan montre au sud le bâtiment 6 opérationnel en septembre 2007, tandis que les cinq bâtiment au nord ont été livrés en 2003.

 

Un résultat impressionnant : quelques chiffres sur le projet 

Le nouveau bâtiment, c’est 32 714 m2 de surface utile de bureaux, un restaurant d’entreprise de 850 places assises, 2 000 places de parkings dont 1 900 en souterrain, 109 000 m2 de surfaces construites avec les parkings, 28 000 m3 de béton, 1 300 T d’acier, 9 Km de poutres, 220 m de longueur, 52 m de largeur, 22 m de hauteur, 240 000 m3 de terre enlevés.

Le planning de réalisation :

  • décision PSA septembre 2004,
  • mars 2005 signature du bail,
  • octobre 2005 début des travaux,
  • réception bâtiment 16 avril 2007,
  • travaux PSA et aménagements,
  • fin des transferts de personnel et bâtiment totalement opérationnel le 30 septembre 2007 : 4 niveaux de bureaux et deux niveaux de parking. L'ensemble du démanagement s'est fait en trois mois sur neuf vagues pour un ensemble de 2 200 personnes. Il a été accompagné par un site permettant de suivre son évolution et d'un journal spécifique. 

Le traitement architectural

Le bâtiment devait être représentatif de l’image du groupe et l’esthétisme devait en être particulièrement soignée, tout en s’intégrant dans son environnement.

Jean-Jacques ORY a remporté le concours d’architecte en répondant au plus prés au cahier des charges initial qui demandait de concevoir un immeuble en cohérence avec l’image de marque du groupe PSA, favorisant la créativité ainsi que la transversalité des équipes de conception véhicules. Les équipes de Majorelle sont venues renforcer par leur savoir-faire cette réponse au cahier des charges.

  • Conçu dans un esprit « campus » où dominent le métal, le verre, le bois et la lumière, s’ouvrant sur d’immenses patios végétalisés, l’atmosphère reposante des lieux permet aux équipes de jeunes concepteurs de se dédier entièrement avec sérénité et passion au développement des véhicules des marques Peugeot et Citroën qui demain représenteront une grande partie de la production automobile française.
  • Ce « bâtiment à vivre » reste avant tout un projet d’entreprise favorisant la synergie entre les équipes, impulsant de nouveaux modes de comportement et donnant à la fonction immobilière sa véritable dimension au cœur même des ressources humaines de l’entreprise.

L’aménagement : un défi à la mesure du projet architectural

 Les objectifs étaient :

  • l’optimisation des espaces de travail et la flexibilité des installations,
  • l’optimisation des coûts de location et la gestion des surfaces par de nouvelles approches par l’utilisation de l’espace partagé, 
    intégration de la mobilité et des nouveaux comportements favorisés par la technologie,
  • l’imagination et la mise en œuvre d’une véritable solution flexible et évolutive pour les projets et les métiers de la division Recherche et Développement du groupe PSA.

 

Un résultat à la hauteur du travail accompli

Fruit d’un groupe de travail animé par l’agence d’aménagements intérieurs Majorelle et composé de tous les métiers de la R&D de PSA, le principe retenu pour le mobilier a été celui d’un « bench » de 4 ou 6 places à géométrie variable permettant une attribution de l’espace en fonction des besoins réels de l’occupant et de l’évolution des métiers.

Le système informatique développé en interne chez PSA permet aux « régisseurs » de zones de pratiquer une gestion prévisionnelle et dynamique des surfaces afin de passer d’une situation de « just in case » à une politique de « just in time ».

 Les solutions aux enjeux 

  • Développement de plans génériques en phase étude,
  • Travail avec les entités sur un concept de gestion dynamique des surfaces : étude de l’évolution des organisations en fonction du plan produit, mesure de l’évolution des effectifs tout au long des différentes phases des projets,
  • Analyse pour les directions des plateformes et des métiers,
    Standardisation du mobilier des postes de travail permettant de réaménager un plateau de 330 personnes en un week-end,
  • Mise à disposition d’un outil informatique pour les « régisseurs de zone » afin de pratiquer une gestion prévisionnelle des surfaces pour optimiser le taux d’occupation global,
  • Travail très en amont sur une confidentialité des espaces s’adaptant à la modularité des zones.

 

Les salles "jalon" 

Elles servent à la fois à comparer la maquette numérique et à montrer le prototype physique.

Un immeuble communicant

  • Un axe de composition principal est-ouest et l’organisation tridimensionnelle,
  • Un réseau DATA cuivre et fibre optique de plus de 3200 points de connexion dont la moitié en fibre optique,
  • Un réseau très dense de salles de réunions (1 500 places),
  • Une couverture Wi-Fi dans la totalité des espaces partagés,
  • Un réseau de téléphonie en voix sur IP,
  • 16 salles de visioconférence,
  • Une salle multimédias de 300 places assises.

 

Un réseau très dense de salles de réunions (1500 places)

Les aménagements sociaux

Pour fidéliser une population de salariés jeunes et à forte valeur ajoutée, le comité d’établissement a développé dans le bâtiment, en plus de l’espace institutionnel et de l’espace produit, un espace social appelé le "Village".

Une agence de voyages, une conciergerie, un espace photos et des permanences banques, assurances, notaires et avocats les autres activités se trouvent dans les bâtiments ouverts précédemment), compensant ainsi le relatif éloignement du site de Paris ou de zones commerçantes. Les marques Peugeot et Citroën disposent d’espaces de ventes directes au personnel. De même, l’’association sportive et culturelle met à disposition des salariés une salle de gymnastique et de culture physique avec moniteurs. Une crèche d’entreprise située à proximité immédiate du site vient compléter le dispositif social. Le restaurant d’entreprise a fait l’objet d’une attention particulière en ce qui concerne la convivialité de la salle à manger et le traitement phonique de l’espace en séparant des zones de 30 convives au maximum par des procédés d’atténuation acoustique de dernière génération (voiles et plafonds).

 

Les membres d’ACTINEO acteurs du projet

Les groupes VITRA (benches, lounge et sièges de direction), STEELCASE (bureaux individuels), EUROSIT (sièges) et SAMAS (rangements) ont activement collaboré au concept retenu et ont été désignés comme les fournisseurs du projet.

 

 

 

L’environnement et le bien-être au coeur du projet 

Éco-construction :

  • matériaux en cohérence avec ceux de la phase 1, façades vitrées, bois bakélisé
  • peintures acryliques à base de liants végétaux remplaçant les traditionnelles peintures glycérophtaliques
  • non utilisation du Teck en voie de disparition remplacement par une essence Ipé

Éco-gestion :

  • respect de la norme RT 2000
  • récupération de l’énergie thermique (froid et chaud) de l’air extrait pour traiter l’air neuf , à l’aide d’échangeurs à plaques
  • gains d’énergie de l’ordre de 25% par rapport à une solution classique
  • solution de chauffage/climatisation réduisant considérablement la maintenance par rapport à une solution comprenant du gaz.

Confort hygrométrique :

  • maîtrise totale de l’hygrométrie : pas d’ouvrants individuels

Confort acoustique :

  • utilisation de vitrages performants, atténuation du niveau sonore de plus de 35 décibels
  • mise en place de cloisons phoniques favorisant la confidentialité, notamment au niveau des salles de réunion.

Confort visuel :

  • bâtiment ouvert sur des extérieurs végétalisés, zones de travail baignées de lumière naturelle,
  • éclairage indirect pour faciliter le travail sur poste informatique et notamment les stations CAO,
  • escaliers conviviaux ouverts sur les zones qu’ils desservent, favorisant ainsi la circulation verticale propice à l’organisation du travail.

 

Des aménagements pour tous 

Personnes souffrant de déficience motrice :

  • Voiries, portes d’accueil et de service, circulations internes, accès divers, sont larges et dégagés
  • Stationnement au plus prés des zones de travail, autorisation de circuler dans le site
  • Circulations verticales toutes conçues pour être praticables par les Personnels à Mobilité Réduite, contrôle d’accès adapté et un ascenseur dédié pour l’accès au restaurant d’entreprise
  • Mobilier de type « bench » s’adapte facilement aux conditions de l’handicap

Personnes souffrant de déficience visuelle :

  • Signalétique claire et lisible par tous
  • Ascenseurs avec signaux sonores
  • Mise en place de bandes podotactiles sur les voiries piétons

Personnes souffrant de déficience auditive :

  • Installation de boucles magnétiques dans la salle multimédias et autres salles de réunions permettant un équipement adapté
  • Un mobilier adapté
  • Des rangements individuels mobiles ainsi que des accessoires adaptés permettent de compléter ce dispositif de flexibilité des installations