LES DUNES

L'Anvie a mis en place un Club sur la qualité de vie au travail. La séance sur "La qualité de vie au travail, un enjeu de performance économique et sociale" a fait l'objet d'une intervention d'Alain d'Iribarne, président du conseil scientifique d'ACTINEO sur les nouveaux espaces de travail. Florence Lavalette, directeur de projet Conduite du changement Groupe Société Générale, y est intervenue pour évoquer le dernier site de la Société Générale. Depuis septembre 2016, une majeure partie des équipes IT du Groupe Société Générale sont en effet installées à Val de Fontenay, dans un bâtiment flambant neuf*, totalement connecté et offrant aux collaborateurs une grande variété d’espaces de travail qu’ils peuvent utiliser en fonction de leurs besoins. Loin de se cantonner à un simple projet immobilier, les Dunes constituent un véritable projet d’entreprise visant à instaurer de nouveaux modes de travail, une nouvelle culture en phase avec la transformation digitale actuelle. 

 * Architecture : Anne Démians 

> Retrouvez le compte-rendu complet en pièce jointe.

Lorsque la Société Générale a acheté les terrains sur lesquels est implanté le site des Dunes, il y a dix ans environ, l’objectif premier était de rééquilibrer la répartition des équipes entre l’Est et l’Ouest parisien : les équipes étaient très majoritairement localisées à La Défense, ce qui constituait un risque potentiel pour la continuité de l’activité de la banque. Dans la mesure où le Groupe était déjà implanté à Val de Fontenay, il est apparu naturel de privilégier cette ville pour procéder à ce rééquilibrage – décision a alors été prise d’y acheter des terrains supplémentaires. Regrouper une partie des équipes à Val de Fontenay poursuivait également des objectifs économiques : le prix de l’immobilier à La Défense est très élevé. Continuer à louer de nouveaux immeubles à cet endroit n’étant pas envisageable, il a été décidé de construire un nouveau site à Val de Fontenay – la Société Générale est donc propriétaire des Dunes.

 

 

Sur les 5000 collaborateurs qui ont rejoint les Dunes, 4000 venaient de la Défense et 1000 d’autres immeubles de Val De Fontenay. Aujourd’hui, Val de Fontenay compte 9000 collaborateurs. Les places laissées vacantes à La Défense ont naturellement été réoccupées par d’autres collaborateurs. Ce projet immobilier ne concerne donc pas seulement les Dunes, mais constitue un véritable projet d’entreprise de grande envergure visant, ni plus ni moins, à « imaginer la banque de demain ». Il s’inscrit dans la continuité du programme Digital For All, lancé il y a quelques années, qui avait initié la digitalisation de l’entreprise. Les Dunes constituent ainsi l’incarnation de la transformation de la banque, dans un contexte où la digitalisation de la société, des clients et des partenaires de l’entreprise est devenue réalité.

(...) Parmi les principales opportunités offertes par le site des Dunes qui ont été mises en avant :

  • Une meilleure qualité de vie au travail, grâce à des espaces de travail mieux conçus, mieux aménagés et une foule d’outils facilitant la collaboration et le travail au quotidien.
  • La possibilité de travailler de manière autonome – on peut en effet travailler où on le souhaite sur le site, qui est pensé pour cela ; et le télétravail a été largement proposé aux collaborateurs.
  • Une plus grande agilité, le site permettant une adaptation rapide aux variations de l’activité et un accueil simplifié des nouveaux arrivants et des partenaires.
  • Une plus grande capacité à collaborer. L’environnement de travail compte des « espaces collaboratifs » en grand nombre (le nombre de salles de réunion a été doublé, et occupent 30 % de la surface totale). Fait notable : la variété des espaces est beaucoup plus importante que sur les autres sites Société Générale, ce qui permet à chacun de choisir son espace en fonction des tâches qu’il a à réaliser. Salles de réunion assis, espaces de meeting debout, ateliers de créativité, lieux informels… sont présents à Val de Fontenay.
  • Le FlexWork est généralisé et est rendu quasi-obligatoire. Il combine télétravail et bureau partagé. On peut donc théoriquement s’installer où on le souhaite aux Dunes, où l’on a remplacé la division de l’espace en directions par une division en « quartiers ». Chaque collaborateur donc appartient maintenant à un quartier, où il peut retrouver son casier nominatif. Mais il n’a plus de bureau attitré, et s’installe où bon lui semble dans son quartier d’appartenance. (...) La conduite du changement a donc clairement consisté à faire comprendre à tous les collaborateurs et tous les managers qu’ils devaient tester les modes d’organisation et les outils proposés pour, in fine, adopter de nouveaux modes de travail.

Les bureaux sont ouverts, il n’y a pas de bureau individuel. Les open spaces sont à taille humaine (16 personnes). Différentes positions de travail sont possibles : assis naturellement, mais également debout, grâce à des bureaux réglables en hauteur. Une position de travail, contre toute attente, très prisée par les collaborateurs. Le wifi est accessible partout – on peut effectivement travailler, être en contact avec ses collègues partout. Les applications multimédias sont pléthore.

Tous les postes de travail sont mobiles. Tout le monde est en FlexWork… mais il y a un bureau pour tout le monde. Le principe du « un pour un » est de mise. Auparavant, le ratio bureau/collaborateur s’établissait à 1,2 ; les gains sont donc énormes, même si l’objectif premier de ce projet n’est pas de réduire le poids financier de l’immobilier dans le budget global. Comme dit plus haut, les espaces collaboratifs sont nombreux et variés. La classique salle de réunion a vécu.
Chaque étage compte un espace détente (« quiet zone »). Il est possible d’y faire la sieste, ce qu’apprécient (notamment) les collaborateurs étrangers de passage en France, qui parviennent ainsi à compenser les effets du décalage horaire. Un service de conciergerie est offert à tous les collaborateurs. La dimension « fun », indispensable à une collaboration efficace, n’est pas oubliée : tables de ping pong, babyfoots, paniers de basket, punching balls, terrain de pétanque…(...)

Document(s) à télécharger : 
Partager cette page