Tours de bureaux : la folie des hauteurs

Le Conseil de Paris a modifié le 16 novembre 2010 le règlement d’urbanisme. Pour la première fois depuis 1977, des immeubles de plus de 37 mètres de haut seront édifiés.

Modification substantielle de la réglementation

Selon l’Article 2 du Décret 2009 -1119 modifiant l’article R122-5 du Code de la Construction et de l’Habitation, relatif aux conditions d’évacuation dans les établissements recevant du public et aux dispositions de sécurité relatives aux immeubles de grande hauteur. A noter la création officielle des ITGH et GHTC (Tours de contrôle).


Les immeubles de grande hauteur sont répartis dans les classes suivantes :
GHW 1 : immeubles à usage de bureaux répondant aux conditions fixées par le règlement prévu à l’article R. 122-4 et dont la hauteur du plancher bas tel qu’il est défini à l’article R. 122-2 est supérieure à 28 mètres et inférieure ou égale à 50 mètres ;
GHW 2 : immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher bas tel qu’il est défini ci-dessus est supérieure à 50 mètres ;
GHZ : immeubles à usage principal d’habitation dont la hauteur du plancher bas est supérieure à 28 mètres et inférieure ou égale à 50 mètres et comportant des locaux autres que ceux à usage d’habitation ne répondant pas aux conditions d’indépendance fixées par les arrêtés prévus aux articles R. 111-13 et R. 122-4 ;
ITGH : immeuble de très grande hauteur. Constitue un immeuble de très grande hauteur tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé à plus de 200 mètres par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l’incendie.

Paris donne le feu vert aux tours de grande hauteur

Le Conseil de Paris a modifié le 16 novembre 2010 le règlement d’urbanisme. Pour la première fois depuis 1977, des immeubles de plus de 37 mètres de haut seront édifiés. Les derniers obstacles juridiques à l’édification de nouvelles tours ont été levés et ils ont révisé le règlement d’urbanisme du quartier Masséna Bruneseau, au sud de Paris (13è arrondissement) qui sera le premier à accueillir des immeubles de grande hauteur. Cinq autres quartiers, tous situés aux portes de la capitale, lui emboîteront le pas : quartier des Batignolles (17è) lieu du futur TGI (200 mètres de haut) et de la porte de Versailles (15è), où s’érigera la tour Triangle d’Unibail (180 mètres). A terme, la porte de Montreuil, Bercy-Charenton et la porte de la Chapelle seront également concernés par ce projet porté depuis 2006 par Bertrand Delanoë.
 
La plupart des nouveaux immeubles, destinés au logement (178 000 m² prévus) n’excéderont toutefois pas 50 mètres de haut. Le premier à sortir de terre hébergera des logements sociaux ; le second appartiendra au parc privé, mais de gigantesques tours de bureaux seront également créées.A Masséna, quatre sites ont en effet été réservés à des tours de bureaux qui pourraient aller jusqu’à 180 mètres, soit à peine moins que Montparnasse. Près de 100 000 m² de bureaux pourraient y être installés. La Mairie espère que ce déplafonnement séduira les constructeurs, qui peinaient à rentabiliser leurs projets en restant sous le seuil des 37 mètres et à faire valoir la nécessité de « développer l’emploi à l’est ».