Salariés et taille d'entreprise

La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs au travail dans des bureaux travaillant dans les TPE (22 % dans les moins de 10 salariés) que dans les plus grandes entreprises (22 % dans les 250 salariés et plus). Compte tenu de leur répartition dans les catégories intermédiaires - 10 à 49 (26 %) ; 50 à 99 (15 %) et 100 à 249 (16 %), au total, près de la moitié d'entre eux (48 %) travaillent dans les entreprises de moins de 50 salariés, donc dans des entreprises sans CHSCT et souvent patrimoniales.

Cette exploitation par grandes catégories agrégées par taille fait apparaître une sorte de continuum entre les TPE et les entreprises les plus grandes avec de forts contrastes entre elles sur pratiquement tous les domaines analysés. Il en va particulièrement ainsi entre les morphologies des espaces de travail offerts aux salariés qui sont plus conventionnels – archaïques diraient les tenants des espaces ouverts présentés comme une modernité - dans les TPE et les niveaux respectifs de satisfaction et de nuisance qui sont à la fois nettement plus faibles pour les premiers et plus élevés pour les seconds, alors que les espaces auxiliaires de travail offerts par ces dernières sont à la fois plus fréquents et variés.

Compte tenu des résultats que donnent les exploitations faites en fonction de la morphologie des espaces de travail, en dépit du fait que des croisements tailles/niveau de présence des espaces ouverts/niveaux de satisfaction et de nuisance exprimés n'ont pu être faits en raison de la trop petite taille de l'échantillon, on ne peut s'empêcher d'y voir là des relations de cause à effet.

Il en résulte qu'au stade actuel des choses, en dépit des efforts déclarés et faits par les grandes entreprises en matière d'aménagements des espaces de travail, elles n'ont pas encore, pour un grand nombre d'entre elles, trouvé les moyens de surmonter les effets de la préférence sociétale française pour les bureaux individuels fermés, cette préférence étant liée aux logiques dominantes d'appropriation des espaces et des modes collectifs de fonctionnement.       

Document(s) à télécharger :