Olivier OUZE – Consultant

Rencontre avec Olivier Ouze, Entraineur de bonne humeur, pour qui le rire, est une composante du bien-être au bureau !

Quel est votre parcours ?

En parcourant les entreprises pour mon travail, je me suis progressivement intéressé aux valeurs qu’elles renvoyaient, à l’image de marque qu’en avaient les salariés ou même les retraités. J’ai compris l’importance du bien-être au travail, car les collaborateurs sont les meilleurs promoteurs de leur entreprise. J’ai vu certaines entreprises publiques mises à mal ces dernières années par leurs salariés, une image ternie par les médias qui a beaucoup fait souffrir ceux très attachés à leur entreprise. Il y a de plus en plus de mesures et de baromètres de satisfaction au travail, mais on demande rarement aux salariés ce qu’ils pensent de leur entreprise. Depuis 20 ans, j’entraîne des cadres, commerciaux et chargés de clientèles à répondre aux exigences de leurs métiers. J’ai une profonde croyance en la capacité de chacun à s’épanouir toujours davantage, en maîtrisant ses propres ressources.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, j’accompagne des entreprises dans une démarche de progression ou de changement par des animations sources de bonne humeur. L’entreprise en déficit d’image, qui cherche un moyen de pénétration rapide et efficace pour marquer le coup, peut faire appel à moi. L’entreprise est un lieu de vie où il faut s’amuser. La bonne humeur contribue à améliorer l’ambiance et la cohésion de l’entreprise. Quand il y a eu un épisode difficile à vivre, une fusion, le départ d’un cadre charismatique, un déménagement, les émotions doivent pouvoir s’exprimer, se communiquer. La bonne humeur et l’humour peuvent permettre de retrouver un équilibre dans la communication interpersonnelle. La mesure du climat avant et après va permettre aux plus investis de comparer les bienfaits du coaching.

Ressentez-vous un stress croissant au sein des entreprises ?

Autrefois, les solutions pour lutter contre le stress étaient individuelles et se trouvaient plutôt en dehors de l’entreprise. Aujourd’hui, avec le plan d’urgence de prévention du stress, les managers sont souvent démunis face au rôle de médecins qui leur est attribué. L’idée est de leur donner un coup de pouce dans cet accompagnement des salariés. Nous formons les managers à développer la convivialité quand auparavant il organisait maladroitement des soirées champagne à des centres d’appels composés essentiellement de populations maghrébines ! La dimension de la relation humaine est dure à mettre dans un tableau excel et tout le monde n’est pas instinctivement doué pour jouer ce rôle. Le rire sert à construire un esprit de groupe à travers la bonne humeur, essentielle dans le cadre du travail dans un open space par exemple ! Pour le déménagement d’une grosse organisation publique cette année, une animation permettait d’accompagner les réglages des sièges pour une posture ergonomique. Cette démarche permet à la fois de s’approprier son aménagement, et de se sentir bien pendant un moment de détente. Bien sûr, l’intervention ne se fera pas si les motivations de la direction me paraissent déplacées, dans le cadre de licenciements par exemple. Faire rire ne sert pas directement à faire travailler plus ! L’univers du spectacle peut paraître insignifiant face à une vraie souffrance morale. Je préfère intervenir après l’évaluation des professionnels de l’ANACT par exemple.

Qui fait appel à vous ?

Le plus souvent, ce sont directement les dirigeants, et je dirais que cette démarche est essentielle car les salariés sont souvent agréablement étonnés de leur participation et de pouvoir être complices de leur patron. J’ai d’ailleurs toute une liste de managers à qui j’envoie des blagues par mail ! On se met des interdits d’ordre social qui n’ont plus lieu d’être dans des entreprises à la hiérarchie de moins en moins pyramidale. Sans pour autant aller jusqu’à l’univers du clown qui a du mal à pénétrer l’entreprise ! J’ai des clients comme Sanofi, le Pôle Emploi, le Crédit Agricole, la Caisse d’Epargne, etc.

De quelles initiatives vous rapprochez-vous ?

Je suis partenaire d’Entreprise et Convivialité, dont je partage les objectifs : promouvoir l’idée que la convivialité est facteur à la fois d’efficacité collective et de mieux-être individuel, inciter les organisations à pratiquer la convivialité, professionnaliser la convivialité, partager et valoriser les meilleures actions conviviales. Je soutiens également l’initiative « J’aime ma boîte », qui organise tous les ans la Fête des Entreprises. D’après un sondage réalisé avec Opinion Way en juillet 2011, près de 4 salariés sur 6 disent « J’aime ma boîte ». Malgré la crise, les difficultés économiques, les scandales à répétition et la récession qui atteignent le moral des Français, les salariés se recentrent la plupart du temps sur leur entreprise et y puisent leur énergie… « J’aime ma boîte ! » cherche à mettre en lumière toutes les petites ou grandes choses que l’entreprise nous permet d’accomplir.