La rationalisation dans les entreprises par les technologies coopératives

Y a-t-il encore une place pour l'homme face aux technologies qui font irruption pour équiper la communication, la décision et la coopération, restées jusqu'alors en dehors de l'automatisation ?

A regarder ces dispositifs informatiques ou automatiques qui accompagnent et contrôlent l’activité de tous les membres de l’entreprise, on peut se demander si ce n’est pas le mode de gouvernement des entreprises et des institutions lui est modifié. Pourtant, malgré l’effort de rationalisation des échanges et des communications, malgré les tentatives d’encadrement du travail de pilotage, de décision et de coordination, on observe qu’il reste aux acteurs des marges de décision.

C’est ce qu’indiquent les travaux menés par des chercheurs en sciences sociales (sociologie, droit, sciences de l’information et de la communication notamment) ou relevant des sciences pour l’ingénieur sur une technologie avancée, les ERP. Pour eux, ces technologies sont construites à partir de choix sur la place de l’homme dans le processus de décision, de choix sur la manière de représenter la réalité ou de proposer des solutions : qu’il y ait une tentative d’intégration des processus (conception, planification, marketing, gestion des ressources humaines, etc.) en un référentiel unique n’élimine pas les échanges et les contradictions, voire les conflits entre différents niveaux de décision.

Cet ouvrage est destiné aux étudiants et aux enseignants-chercheurs, aux ingénieurs et responsables de ressources humaines, aux salariés et aux responsables syndicaux qui s’interrogent sur ce que font les technologies aux entreprises et sur ce que les acteurs de l’entreprise en font.