Dominique DENIS - AXA

AXA France a quitté le quartier de La Défense ... sans regret ! Rencontre avec Dominique Denis, Directeur d'AXA France Supports.

Comment peut-on définir votre fonction au sein d’Axa France ?

J’ai en charge AXA France Supports qui est une entité qui a pour vocation de mettre tous les matins l’entreprise AXA France en situation de faire son métier dans les meilleures conditions possibles. Quelques exemples des métiers pratiqués dans cette entité : l’immobilier avec quelques 400.000 m2 gérés, le facility management, l’administration du personnel avec 38.000 collaborateurs gérés, le traitement des flux financiers (Encaissements, décaissements, recouvrement), les achats …

Comment est né le projet d’un nouvel ensemble d’immeubles à Nanterre Préfecture ?

Ce projet a eu pour vocation d’ assurer le meilleur équilibre possible entre rationalisation des coûts et qualité de vie pour nos collaborateurs.
A la fusion entre AXA et UAP en 1998, tous les sites de l’UAP ont été récupérés tels quels jusqu’en janvier 2003, date à laquelle a été mise en place une nouvelle organisation d’Axa France. Nous avons alors décidé de remettre à plat toutes les implantations en Ile de France, soit 12 000 postes de travail. Nous avons cartographié les lieux de résidence personnelle de tous les employés franciliens. L’axe de transport majeur qui en est ressorti est le RER A. Pour des raisons contextuelles et historiques, quatre lieux se sont détachés de l’analyse pour une accessibilité optimale des collaborateurs : Saint-Germain en Laye (Marly le Roi), Paris (Auber), Nanterre Préfecture et Val de Fontenay. Nous avons ainsi décidé de faire construire un nouvel immeuble à Nanterre Préfecture, sans en être propriétaires, pour y rassembler notre population qui occupait 3 tours à La Défense. Le projet a été mené en 25 mois de la pose de la première pierre jusqu’à l’arrivée d’environ 4000 collaborateurs. Nous sommes parmi les premiers sur ce grand projet urbain qui est déjà le prolongement naturel de la Défense.

Comment est venue l’idée de ce bâtiment exceptionnel ?

Les collaborateurs étaient logés dans trois tours de La Défense – dont la Tour Axa. La rénover pour la réoccuper était un pari impossible, ne serait-ce que pour reloger pendant 2 à 3 ans de travaux ses 3000 occupants dans un site unique facilement accessible par les transports en commun. 

Nous avons donc préféré en sortir définitivement.

Nous souhaitions que les collaborateurs se retrouvent sous un même toît, mais nous ne voulions plus d’IGH (Immeuble de Grande Hauteur)). Au lieu d’une grande barre, nous avons préféré plusieurs bâtiments qu’il fallait relier d’une manière ou d’une autre...Le but était de favoriser une communication interne plus "horizontale". Le résultat : trois bâtiments (plus un quatrième tout proche) reliés par une longue rue intérieure, à la manière des "malls" américains. La « place du village » en son centre est un passage obligé pour que tous les collaborateurs soient susceptibles de s’y rencontrer, de s’y retrouver plusieurs fois par jour, favorisant ainsi la convivialité. La rue intérieure est devenue le carrefour de la communication interne !

Comment s'est passée l'installation dans les nouveaux bâtiments ?

La première pierre a donc été posée en octobre 2004 et nous sommes entrés dans ce nouveau site en novembre 2006 ! L’ensemble des 80 000 m² a été construit et occupé en 25 mois. 4 200 personnes occupent aujourd’hui nos quatre bâtiments de Nanterre Préfecture, venues principalement de La Défense. La plupart y travaillait depuis de nombreuses années : 800 personnes y avaient même débuté leur carrière il a a plus de 30 ans.

L’objectif était que ces collaborateurs se sentent chez eux dès leur arrivée. Une communication soutenue a été mise en place un an avant le déménagement pour expliquer ce que serait la vie dans les nouveaux locaux : lettres d’informations diffusées, thématiques accompagnées d’expositions, conférences, sur la vie à Nanterre, sur le bâtiment, sur le poste de travail conçu spécialement, sur la restauration et le déménagement.

En arrivant, les salariés savaient à quoi s’attendre, et l’appropriation des espaces s’est faite à la vitesse grand V ! Nous ne devions pas perdre une seule journée de travail du fait du déménagement, et nos collaborateurs devaient être fiers de leur nouvelle implantation. Le changement est toujours sujet à réticence et à appréhension, et nous tenions à l’accompagner du mieux possible pour le bien être immédiat de nos équipes. 

Comment s’est déroulée votre installation en 2006 ?

Le déménagement s’est fait en un coup : même heure, même jour, même endroit. Mille personnes pendant trois jours ont été nécessaires pour réaliser ce déménagement et finir d’installer le mobilier neuf, la téléphonie et l’informatique avant l’arrivée des collaborateurs. Nous avons fait un petit déjeuner festif dans la rue intérieure, et à 11h du matin nos serveurs informatiques étaient déjà utilisés à 50% de leur capacité ! 

Le secret du succès ? Rester confiant grâce à l’anticipation, la minutie de l’organisation. Peu de réglages ont d’ailleurs été nécessaires après l’installation. Mais pour mener à bien un projet de cette ampleur il faut également être sûr de ses équipes et de ses partenaires, et avoir la confiance totale de toute l’entreprise.

Quel est votre prochain projet ?

La suite du projet est un site à Val de Fontenay qui va ouvrir ses portes en juin. Comme pour Nanterre Préfecture, le bâtiment est signé ARTE Charpentier. Il s’agira d’un immeuble rectangulaire avec un patio en forme d’ellipse . Cet immeuble accueillera quelques 1900 collaborateurs d’ici à la fin de l’année 2008.. Là aussi, le travail sur la façade est particulièrement soigné, reflétant une image moderne d’Axa. Transparence et luminosité sont les axes forts de l’architecture et de l’organisation de ces nouveaux ensembles immobiliers. 


Quelle a été votre politique d’aménagement ?

Au niveau de l’aménagement, nous avons renforcé les open spaces (seulement 100 bureaux fermés sur 4 bâtiments), mais nous souhaitions diminuer les cloisons sans concentrer. Malgré la longueur des bâtiments (100 m chacun), nous ne voulions pas d’énormes plateaux où l’on voit des alignements de postes de travail. 
D’où que l’on se situe, l’angle de vision ne dépasse pas 20 mètres. Les perspectives ont été cassées grâce à des bannières colorées qui tombent du plafond et des produits verriers de couleurs différentes. Même la rue intérieure n’est volontairement pas rectiligne. 

L’ensemble se voulait calme et lumineux. Les plateaux sont aménagés de manière à pouvoir travailler en mode projet. A chaque étage, il y a des espaces dans lesquels on peut se retrouver, pour poser un dossier et discuter pendant un quart d’heure ou pour se réunir à 4 ou 5, et des salles de réunion gérées par chaque manager.

Dans la rue intérieure, de nombreuses salles de réunions peuvent être réservées grâce à un système de "work flow". On touve aussi dans cet espace de vie, une médiathèque, une salle de sport, une conciergerie, un restaurant avec service à la place pour 100 couverts, une cafétéria, et deux grands restaurants libre service. 

Au niveau du poste de travail (concept spécifique créé avec l’aide d’un partenaire), le passage aux écrans plats (disposés sur les cloisonnettes par des bras articulés) libère le bureau constitué d’un plateau sans retour mais avec un « cabriolet ». Ouvert, ce dernier fait passer le linéaire de travail de 140 à 200 cm. Fermé, il sert de rangement avec une clé individuelle. L’ensemble a été homogénéisé pour tous les salariés installés en open space. Petite marque d’attention : chaque collaborateur a choisi la couleur de son siège, soit autant de « bonbons acidulés » ponctuant de couleurs l’ensemble mobilier blanc pur.



Retrouvez l’intervention de Dominique DENIS lors du grand colloque sur "Les nouveaux environnements de la performance"
Document(s) à télécharger :