Des souris dans un labyrinthe

En traitant les espaces ordinaires (le MacDo, les routes, les zones commerciales), et en étudiant leur mise en scène, l’auteur de ce livre original décode l’espace, analyse ses mécanismes et observe les usages qu’il encourage ou qu’il interdit. Un brillant décryptage des innombrables contraintes spatiales qui nous oppressent, parfois à notre insu.

Quand on va au MacDo, a-t-on conscience de faire la queue pour obliger le personnel à travailler plus vite ? Que les cuisines ouvertes permettent aux clients d’assurer la surveillance ? Au bureau de poste, les guichets ont disparu pour faire place à une boutique : la Poste est déjà privatisée...

En se promenant dans des lieux apparemment banals, on peut décrypter les mises en scène, observer les usages que l’organisation des espaces encourage ou interdit, décoder les incitations à nous comporter de telle ou telle façon. Ce n’est pas un hasard si le client se transforme en manager, l’usager en client, le flâneur en consommateur. L’auteure s’intéresse aux « lieux communs » (restaurants, poste), aux espaces de la mobilité (routes, ronds-points), aux « bulles » dupliquées à l’infini, accessibles presque exclusivement en voiture (zones commerciales, lotissements).

Elle étudie autant le brouillage des repères entre ville et campagne que la fabrication de ces univers enchantés clos sur eux-mêmes (du grand magasin aux boutiques, des parcs de loisirs aux villages de vacances en passant par Paris-plage) dont l’objectif est d’étourdir le consommateur. Elle se penche sur la disparition des murs et la passion de la transparence dont découlent de nouveaux modes de contrôle. C’est un véritable manuel du savoir regarder qu’elle nous propose.