Bouger à son poste de travail

Travailler toute la journée, rester à son bureau et produire ce que nous devons produire. Telle est la nature même de l’utilité de son poste de travail. La sédentarité a gagné beaucoup de terrain et aujourd’hui nous faisons avec, sans se rendre compte du caractère néfaste que cela peut entraîner. Alors voici quelques astuces du quotidien à mettre en œuvre à son poste de travail, voire même en dehors.

Rester assis, pourquoi pas, mais dynamiquement !

Le corps peut perdre de son dynamisme musculaire en le laissant trop longtemps dans la même position, surtout dans une position où celle-ci n’implique pas ou peu d’efforts. Comme rester assis par exemple ! S’installer sur des assises « actives » qui impliquent des micromouvements du rachis, des jambes et des bras pour rester en équilibre paraît alors intéressant. Comme s’installer sur un ballon d’exercice. Pour s’y installer en équilibre, il faut contracter les muscles de la posture. Ce qui implique une sorte d’exercice physique inconscient.

S’avachir, hors de question !

En position assise, il est nécessaire de penser à être « grand », c’est-à-dire à avoir une allure fière, en levant le menton sans toutefois le projeter vers le haut. À l'usage, cette habitude deviendra un réflexe et contribuera à maintenir son corps plus droit, donc moins comprimé et en respect des courbures naturelles de la colonne vertébrale (rachis).

Levons-nous !

Au Danemark, une loi oblige les employeurs à fournir des bureaux réglables en hauteur à la demande des employés. Travailler debout est de plus en plus plébiscité et est rendu possible par des technologies réglables en hauteur. La dynamique entre la variation assise et debout favorise une activité musculaire indispensable pour garder une tonicité corporelle.

Se promener, c’est aussi permettre de rencontrer d’autres collègues !

Au-delà des effets sur la santé, le fait d'être actif au bureau favorise un meilleur climat de travail, donc un climat social d’entreprise bénéfique. Lorsque l’on bouge à l'intérieur de son organisation, et qu'on sort de nos zones de travail habituelles, nous sommes amenés à rencontrer d'autres collègues. Ainsi, pourquoi ne pas remplacer la « cigarette sociale », ce moment de pause que s’accordent les personnes fumeuses, par la « marche sociale » ? 

Si possible, se réunir rapidement et activement !

Il arrive que certaines réunions ne nécessitent pas de prise de notes et peuvent se faire dans des endroits non dédiés à se réunir. Dans ce cas, pourquoi ne pas sortir, se réunir de façon informelle et en profiter pour le faire sur des temps de marche par exemple. Lors de longues réunions, favoriser les pauses actives. Ceci permet de détendre l’atmosphère, de s’oxygéner, de s’étirer… de souffler intelligemment.

L’ascenseur… à bannir !

Un matin de réveil difficile, en arrivant au bureau, l’ascenseur devient dès lors notre meilleur allié « flemme », surtout si nous travaillons dans des étages élevés. Prendre les marches permet de se réveiller activement et met le corps en action. Ceci permet de sortir de sa torpeur et de s’éveiller. Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas, cela deviendra rapidement un réflexe !

Pourquoi envoyer un mail à l’autre bout du couloir ?

Depuis l'avènement du courrier électronique (l’e-mail ou courriel en français), nous voyons beaucoup moins nos collègues. Il arrive que nous envoyions des messages à son voisin de bureau. N’est-ce pas un peu trop facile ? Si vous le pouvez, déplacez-vous, allez voir votre collègue et faites-lui part de l’information face à face. Ceci permettra d’échanger dans un temps plus court, qu’attendre une réponse électronique de sa part.

Rendre l’essor des technologies efficient…

…comme par exemple compter ses pas et profiter des applications préinstallées dans les smartphone pour vous accompagner dans votre désir d’être plus actif. Ceci vous donnera un challenge à réaliser au cours d’une journée de travail. Il est recommandé un minimum de 10 000 pas/jour, pour commencer à avoir de bons effets sur notre santé. Au-delà d’un challenge personnel, nous pouvons rendre la chose ludique en challengeant des collègues et faire des petites compétitions. Allez-y, jouez et soyez-le(la) meilleur(e) !

Non, les pauses ne sont pas une perte de temps !

Rapidement, lorsque nous sommes pris dans une activité parfaitement intéressante (cela peut arriver) nous restons longtemps assis, jusqu’à se dire « oh ! Il est déjà 18h ! » et sans s’en rendre compte nous n’avons pas bougé (seulement les doigts sur le clavier, un peu les jambes et très peu le dos). Afin d’éviter cela, accordez-vous des temps de pauses, au moins 1 par heure. Et n’hésitez pas à vous étirer, à bouger, à vous aérer. Il existe des applications smartphone pour vous guider dans vos débuts.

Téléphoner, encore une activité réalisée assise !

Vous avez un rendez-vous téléphonique ? Pourquoi ne pas en profiter pour vous lever et tenir la conversation debout ! Voilà une bonne raison pour faire un réel « break postural » !

S’inventer des excuses

Pour s’obliger à marcher davantage, il est possible d’opter pour une imprimante éloignée de son bureau (surtout si elles sont en réseau), on boit beaucoup d'eau (ce qui nous obligera à remplir notre bouteille et à aller aux toilettes régulièrement), on sort chercher un café ou à manger..

Le midi, seulement manger, c’est fini !

On parle d’entreprises qui de plus en plus offrent des cours en groupe à l’heure du repas de midi… non, ce n’est pas le cas dans une grande majorité. Profitez de ce réel temps de pause (oui s’en est un puisque nous devons bien manger le midi) pour aller courir, s’abonner à une salle de sport et pratiquer une activité physique régulière proche de son lieu de travail. L’effet n’en sera que plus énergisant et vous éclaircira l’esprit. Ainsi, à votre retour de pause déjeuner, vous serez revigorer et d’attaque pour une après-midi qui filera comme un charme.

Venir ou repartir du bureau est aussi un bon moyen !

Un exemple, s’il vous arrive de prendre le bus pour se rendre à votre travail ou en repartir, forcez-vous à descendre deux arrêts plus tôt et marchez jusqu’à votre bureau. Aujourd’hui certaines entreprises favorisent l’utilisation du vélo par des parkings à vélo et des contreparties financières pour se rendre au bureau avec.

Rédigé par Clément Grangé, consultant ergonome – FCBA

Partager cette page