Aude de THUIN - WOMEN'S FORUM

Rencontre avec Aude de THUIN, Président et Fondatrice du Forum International des Femmes.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours avant d’avoir créé le Forum International des Femmes ?

C’est quand je me suis installée à Paris dans les années 80 que j’ai crée « La semaine internationale du Marketing Direct », et en même temps, un mensuel intitulé « Les dossiers du Marketing Direct ». Au début des années 90, à un moment où je sentais que les Français avaient besoin de se « recentrer » sur de vraies valeurs, et parce que j’ai toujours aimé les jardins, j’ai crée le salon du jardin, « l’Art du Jardin ». En parallèle, j’ai crée le salon « Création et Savoir-Faire », sur le do-ityourself, qui est rapidement devenu leader mondial du secteur.

Comment avez-vous eu l’idée du Women’s Forum et dans quel contexte est-il né ?

L’idée est simple : j’ai pensé que le « temps des femmes » était arrivé. Je ne comprenais pas pourquoi on entendait si peu la voix et la vision des femmes dans les grands forums internationaux où l’on pense le monde de demain. Comme j’ai une grande expérience d’entrepreneur, forte de cette prise de conscience et de ce besoin, j’ai décidé de me consacrer à ce projet après avoir cédé ma dernière entreprise. Une façon comme une autre de faire de la politique sans être pour autant dans la sphère politique. D’un côté les entreprises avaient besoin et souhaitaient avoir plus de femmes dans leurs sphères de direction, et, d’un autre côté, de nombreuses femmes, grandes figures politiques ou chefs d’entreprise, étaient en train d’émerger un peu partout dans le monde…

J’ai pensé que c’était une occasion formidable de créer une nouvelle entreprise qui, à la différence de mes deux sociétés précédentes, avait une vraie portée économique et sociétale. J’ai travaillé pendant presque 2 ans pour trouver le business modèle de cette nouvelle entreprise. J’ai élaboré le concept avec l’aide de groupes de travail en France et à Bruxelles, au sein desquels des personnalités telles que Patricia Barbizet, Dominique Hériard Dubreuil, Anne Lauvergeon, et Laurence Parisot ont apporté leur éclairage et leur soutien actif. Après la validation du business plan, mon côté entrepreneur, le bon sens, du courage, et un grain de folie ont fait le reste…

Le Forum a-t-il des retombées positives sur la représentativité des femmes dans le monde du travail ? Et comment celle-ci évolue-t-elle ?

Le Forum, parce qu’il permet aux femmes et aux hommes de se rencontrer et d’échanger sur des sujets clé, favorise l’émergence d’idées et donc le progrès, notamment sur la question de la représentativité des femmes dans le monde du travail. A ce titre, Mc Kinsey a récemment mené une étude, dans le cadre de son partenariat avec le Women’s Forum, sur le thème de la représentation des femmes dans l’entreprise, « Women Matter ». Il apparaît clairement dans cette étude que les entreprises qui ont une plus forte représentation de femmes dans leurs comités de direction ou dans leurs équipes de management sont aussi les plus performantes.

Comment expliquez-vous le peu de femmes présentes dans les comités de direction des entreprises ?

Les causes des difficultés que peuvent rencontrer certaines femmes sont multiples, et délicates à résumer en quelques mots. Nous pensons au Women’s Forum que c’est en valorisant l’échange et en donnant la parole aux femmes sur les sujets économiques et sociétaux que les choses évolueront. En outre, je suis certaine que c’est petit à petit, en montrant leurs capacités à gérer aussi bien que les hommes et à prendre des respon sabilités, que la représentation des femmes en entreprise évoluera. 

Vous qui avez pu rassembler les femmes les plus influentes du monde de l’Entreprise, quelle est selon vous leur apport dans l’organisation du travail en entreprise ? 

Le point commun de ces femmes est sans aucun doute leur charisme, leur vision du monde qui les entoure, tant dans les aspects économiques et sociaux que dans la sphère privée, et une personnalité forte. Une sorte d’évidence s’impose dans leur cas à être des leaders. Et se rajoute à cela bien sûr une force de caractère souvent hors du commun. Car mener une société, une équipe, un gouvernement, une association c’est avoir une force en soi, et une profonde conviction. Ce qui me frappe, c’est que les plus grandes femmes du monde sont souvent les plus humaines et sympathiques. Chez les femmes comme chez les hommes, il me semble d’ailleurs que ce qui fait la différence entre un très grand et un autre, c’est la capacité du très grand à avoir toujours un comportement « normal », à être à l’écoute des autres et du monde, avec empathie, à être capable de voir chez son interlocuteur quelqu’un d’égal à lui, et à avoir cette capacité d’être « curieux » et « généreux » face à l’autre. Quant à la question de savoir si les femmes apportent « un plus » à une entreprise, il n’y a, à mon sens, qu’une réponse : c’est la personnalité du dirigeant, homme ou femme, qui sera susceptible d’apporter un plus.

Quelles influences positives un nombre plus élevé de femmes pourrait-il apporter à l’organisation du travail ? Un environnement plus humain, plus sensible, plus de fantaisie par exemple ?

Les femmes ont en effet souvent une approche du management qui diffère de celle des hommes, probablement en partie parce qu’elles sont confrontées dans leur vie à un jonglage entre leurs responsabilités familiales et professionnelles à un degré différent que les hommes. Il me semble qu’elles ont tendance à apporter à l’entreprise un système d’organisation plus confortable pour l’ensemble des employés, femmes et hommes. Chez Areva par exemple, Anne Lauvergeon a constaté que les hommes profitaient autant de la crèche d’entreprise que les femmes. Par ailleurs, vous avez raison ; les femmes peuvent avoir tendance à montrer plus de sensibilité sur certains sujets que les hommes. Mais surtout n’en restons pas à ces clichés. Ce qui est plus important, c’est de noter la différence de performance des entreprises selon la part de femmes dans le management. Je vous invite à cet égard à consulter l’étude de Mc Kinsey sur notre site Internet, c’est vraiment très intéressant.

Etes-vous sensible à l’aménagement des bureaux ? Pensez-vous qu’il contribue au bien être des utilisateurs et que les femmes peuvent y apporter une touche plus soignée, élégante et conviviale ?

Je suis très sensible à l’aménagement des bureaux ; si les bureaux doivent tout d’abord être pratiques et fonctionnels, ils doivent également être beaux : de beaux bureaux contribuent évidemment au bien être des utilisateurs…Il me semble qu’il est essentiel de s’efforcer de travailler et de vivre dans le beau, autant que possible, parce que c’est agréable, et parce que cela permet d’être dans de bonnes dispositions. Mais les femmes n’ont ni le monopole du goût… ni celui de l’élégance !

Comment vos propres bureaux sont-ils organisés ? Ont-ils la même touche féminine à la fois sensible à l’esthétique et chaleureuse qu’à votre Forum ?

Cela me fait rire que vous m’interrogiez aujourd’hui sur ce sujet car nous sommes précisément en plein déménagement ! Plus sérieusement, nous préparons des bureaux qui seront organisés au mieux pour y travailler dans une atmosphère chaleureuse. Nous sommes en effet sensibles à l’esthétique … et nous avons hâte d’emménager !

Les designers dans le domaine du meuble sont le plus souvent masculins, comment expliquez-vous que les femmes soient plus présentes dans le design de petits produits alors qu’elles auraient beaucoup à apporter au mobilier ?

Il me semble que si les hommes sont plus présents que les femmes dans le design des meubles, cela est probablement lié aux différences entre les filières d’études empruntées par les étudiantes et étudiants. On remarque en effet que les jeunes filles sont nettement moins représentées que les jeunes hommes dans les filières techniques ; or dans un parcours classique le plus souvent c’est par des études techniques qu’un designer peut être amené à dessiner des meubles, ce qui n’est pas le cas pour les « petits produits ». Au Women’s Forum, nous pensons qu’il est essentiel d’encourager les femmes à suivre des filières techniques. Afin de promouvoir les carrières scientifiques et techniques auprès des jeunes filles et des jeunes femmes au niveau européen, nous avons lancé en 2007 le projet « Sci Tech Girls Programme », fondé sur l’exemplarité, et grâce auquel en parallèle du Forum de Deauville, nous organisons chaque année une journée dédiée à la rencontre entre des jeunes femmes et des femmes exemplaires engagées dans les métiers des sciences et de l’ingénieur.

Pouvez-vous nous parler de la prochaine édition du Women’s Forum ?

Nous venons tout juste d’achever la dernière version du Women’s Forum Asia, qui s’est tenu à Shanghai du 15 au 17 mai. J’ai été très heureuse d’avoir réussi à réunir autant de femmes et d’hommes, et 35 nationalités différentes pour travailler sur le thème de la croissance et du développement durable. Cela a été également l’occasion de reconnaître le rôle joué par les femmes dans la société asiatique en général, et de les encourager à contribuer au développement de leur continent, par le partage d’expériences concrètes et pragmati ques, c’est formidable ! Nous sommes ravis de nous retrouver comme chaque année à Deauville, du 16 au 18 Octobre, pour la quatrième édition du Women’s Forum, autour du thème général du Progrès. Nous souhaitons que cette édition du Forum soit l’occasion de remettre en cause les idées sur le progrès, tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle collective. Des idées, des scenarii et des points de vue originaux stimuleront les esprits et ouvriront les yeux dans trois sphères : personnelle ; le monde du travail, les questions de société ; les sciences et technologies ; et la vision globale.